Horlogerie

A ce jour, aucune autre maison en activité ne peut s’aligner simultanément sur ces trois segments qui, seuls, caractérisent une authentique marque d’horlogerie française. C’est notamment cette absence, qui dure depuis près de 40 ans, qui a motivé un trio d’entrepreneurs privés à se lancer dans l’aventure Lornet : « la Franche-Comté et plus spécialement la région de Besançon sont toujours des terres horlogères de pointe », souligne Anthony Simao, horloger fondateur de Lornet. « Le savoir-faire local, largement mis au service de la sous-traitance, ne demandait qu’à exprimer sa créativité, ses ambitions. Nous avons donné les moyens à tous ces artisans, designers et constructeurs de revenir sur le devant de la scène avec un projet qui nous soit propre, capable de replacer la France à sa juste place sur l’échiquier horloger ». 

Authentiquement française, véritablement bisontine

A l’heure actuelle, 100% d’une montre Lornet est conçu et assemblé en France, sur la base de plus de 80% de composants fabriqués en France. Seuls trois d’entre eux que sont l’échappement, le barillet et les inverseurs ne sont pas encore produits en France, en attendant que Lornet ait la surface financière pour les financer localement. Au-delà, chacun des 158 composants est exclusivement conçu, fabriqué et assemblé en France, mouvement, boite, bracelet et écrin compris. 

Un mouvement propriétaire et modulaire

Cadencé à 28 800 alternances / heure (4 Hz), le calibre de la LA-01, première série limitée de Lornet, est automatique et à trois aiguilles. Heures et minutes sont centrales, la petite seconde est décentrée à 9h. Le balancier, lui, est placé à midi – « un signe identitaire que nous avons voulu dès le départ », souligne Anthony Simao. L’organe réglant est ainsi parfaitement visible et surélevé par rapport au mouvement grâce à un large pont traversant, visible de 11h à 1h.

Ce calibre de base a été conçu pour accepter, à terme, la quasi-totalité des complications les plus courues : jour, date, quantième complet, chronographe, phase de lune, second fuseau, etc. Ce mouvement, doté d’une réserve de marche de 55 heures, est remonté grâce à une masse oscillante en tungstène, dont la masse assure un remontage optimal. 

Architecture 3D et légèreté

Le calibre est intégralement réalisé en aluminium. A terme, ce matériau particulièrement probant en termes de finitions permettra une grande richesse de traitement de surfaces, de teintes, voire de sertissage. Il est également d’une grande légèreté, donnant à la pièce un confort inégalé au poignet.

La LA-01 est ajourée. Elle est ainsi dépourvue de cadran, afin de laisser le regard se perdre dans son architecture tridimensionnelle. Certaines surfaces de sa platine sont squelettées, permettant d’alterner les surfaces polies, satinées et microbillées dans un surprenant jeu de lumière. A cet effet, la LA-01 est équipé, côté face et côté fond, d’un verre saphir anti-reflet, laissant la lumière pénétrer au sein de chaque angle du calibre.

L’ensemble est porté par une boite tonneau en acier aux arrêtes franches et aux proportions harmonieuses, étanche jusqu’à 50 mètres. La LA-01 se distingue enfin par son absence de cornes, lesquelles auraient brisé l’harmonie de ses lignes tendues. Le bracelet alligator double face, lui aussi de conception et fabrication française, est donc directement intégré à la carrure.

La Lornet LA-01 est disponible immédiatement en série limitée inaugurale de 100 pièces. Le second modèle signé Lornet est d’ores et déjà en cours de conception.